Bienvenue sur guidance éveillée

N'étant pas très forte pour parler de moi, je vous laisse découvrir une interview réalisée par Béatrice, co-fondatrice de la CAPA (guide de la voyance) réalisée en 2014.

Cécile est une personne discrète et réservée mais au cours de notre entretien nous découvrons toute la richesse de sa sensibilité et de ses dons. Médium de naissance elle capte facilement les ambiances, les problèmes ou les états d'âme de son entourage.Sa voix chaleureuse vous met immédiatement en confiance et l'on appréciera la précision et la qualité des informations qu'elle transmet, parfois de façon inhabituelle comme l'écriture automatique.Ce n'est pas sans raison que ses consultants louent sa sincérité, sa disponibilité et l'exactitude de ses prédictions...n'en déplaise à sa modestie !Laissons-là dévoiler pour nous certains aspects de sa personne et de sa pratique...   


Vous vous définissez comme médium de naissance...aviez-vous conscience, dans votre jeunesse, d'être différente ?

Au fond de moi oui, mais je ne savais pas l'expliquer. Je savais tout ce qui se passait, s'il y avait des histoires entre adultes j'arrivais à savoir d'où ça venait ce qui les énervait beaucoup! On me demandait « mais qui t'a dit ça »...bien embarrassant !J'inventais alors un nom mais bien sûr ça me retombait dessus ! Dès l'âge de cinq ans j'ai eu de nombreuses manifestations : j'entendais parfois des entités m'appeler par mon prénom, j'avais des angoisses, je ressentais des énergies négatives, je ne savais pas ce qui m'arrivait, bien sûr. En fait personne autour de moi ne pouvait m'expliquer ce qui se passait ! Si j'avais été soutenue, épaulée, les choses auraient été plus simples pour moi. Il y avait bien ma tante Charlotte, elle-même médium, que j'observais quand elle venait chez nous et se servait de son jeu de 32 cartes...Je me suis donc procuré un jeu et un livre d'interprétation  et dès que j'ai touché les cartes tout s'est déclenché ! Par la suite je me suis aperçue que je n'avais même plus besoin des cartes pour déclencher mes flashs, j'ai su que j'étais médium et non cartomancienne.

Comment se manifestaient vos capacités ? Une anecdote ?

J'ai un souvenir précis qui remonte à l'école maternelle. J'avais un bon copain dont les parents allaient se séparer. J'en ai parlé à ma mère, très étonnée car aucun signe n 'annonçait cette rupture. Quelques mois plus tard nous apprenions la nouvelle, ma mère comprit alors que j'avais dit vrai. Mais lorsqu'elle me demanda comment j'avais appris la nouvelle si tôt, avant tout le monde j'ai tout rejeté sur mon copain qui pourtant n'avait rien dit !
 
Celles-ci ont-elles été bien acceptées par votre entourage ?

Je n'en ai pas trop parlé...cependant à l'adolescence mes copines appréciaient que je leur tire les cartes car tout ce que leur disais arrivait. Pour moi c'était plus un jeu mais elles me sollicitaient en permanence. J'ai été avertie de la grossesse de ma belle-soeur par un rêve alors que cela avait été tenu secret. Quand la tante Charlotte venait il se passait des choses assez fortes ! Mes cousins étaient d'ailleurs médiums spirites, ce que j'ai appris des années plus tard.

A quel moment avez-vous décidé de vous engager dans cette profession et pour quelles raisons?
 Après la naissance de ma fille je n'ai pratiquement plus touché mes cartes. Mais au bout de cinq ans je regardais à la télévision la série bien connue « Médiums » où le frère d'Allison, la médium, lui-même voyant, pratiquait ses talents sur une plate-forme audiotel. Ce fut un déclic ! Je lançai le défi à mon compagnon : chiche ! Et le lendemain je pris rendez-vous avec une plate-forme. J'avais une responsable très humaine qui me laissait libre de travailler comme je voulais, ce que j'appréciais beaucoup. Je me suis donc tournée vers un deuxième cabinet en complément mais, le temps passant, j'ai été très déçue. J'ai donc appris à mes dépends que le monde de l'audiotel si critiqué, avec raison, comporte des cabinets sérieux mais aussi, malheureusement, une grande majorité de cabinets beaucoup moins sérieux. Dans mon entourage de nombreuses personnes souhaitaient me consulter hors du cabinet audiotel et cela me donna l'envie de m'installer à mon propre compte il y a un an environ. Je souhaitais aussi gérer moi-même mes prestations avec mes tarifs à moi.
 
Sous quelle forme percevez-vous les informations en voyance ? Clairaudience,clairvoyance, flashs?

J'ai des flashs mais je suis avant tout médium auditive et sensitive, je ressens les ambiance autour d'une situation. Quand j'ai un doute ou que j'ai besoin de creuser je prends mes cartes. A ce moment-là on me donne un nom, une date de naissance et cela déclenche les flashs ou les ressentis. C'est comme si on m'ouvrait une porte ou un livre : j'entre dans le livre de vie de la personne : je n'ai plus qu'à regarder tel ou tel chapitre qui l'intéresse.Certaines personnes me transmettent des photos qui me confortent dans ce que j'ai ressenti ou me permettent de donner plus de détails. En fait cela me renvoie souvent plus de choses.Il m'arrive aussi de me mettre à parler, d'exprimer des pensées qui ne sont pas les miennes, parfois je fais de très jolies phrases, très sages, très bien tournées sans en avoir conscience. On me félicite mais je suis obligée de dire que ce n'est pas moi !Parfois,pendant une consultation, je me mets à écrire très vite, je m'aperçois alors que la réponse est écrite. Ce type de communication s'appelle « l'écriture automatique ».

Vous servez-vous de supports et si oui, lesquels préférez-vous ?

Mon seul support ce sont les cartes, le même jeu que je change parfois.A mes débuts j'utilisais le pendule mais j'ai arrêté car malgré un pendule spécial dit »oeil du tigre » censé offrir une bonne protection j'étais sensible à certaines entités ;  mon bras pouvait se mettre à sauter, j'avais comme des décharges électriques, parfois des absences...j'ai donc préféré, par prudence, y renoncer.

Vous consultez exclusivement par téléphone les informations vous paraissent-elles aussi précises et fiables qu'en tête à tête ?

Oui, en général. Mais si je peux avoir une photo de la personne la consultation sera encore plus précise. Mais la différence n'est pas importante.Maintenant si certains amis ou membres de la famille le souhaitent je peux les recevoir en tête à tête mais cela reste exceptionnel. La consultation par téléphone peut surprendre mais je me suis aperçue qu'elle apporte autant d'informations qu'une consultation en cabinet. Moi-même à mes débuts j'en étais étonnée.

 En tant que médium pensez-vous être connectée à des guides spirituels et si oui les identifiez-vous ?
Connectée oui, les identifier, non. Je sens quand je suis en relation avec mes guides ou une entité en relation avec la personne qui me consulte et qui veulent me donner quelques clés. Je sais faire la différence entre mes guides et les entités, ce n'est pas les mêmes énergies ni la même ambiance. Par contre je ne sais pas mettre un nom sur mes guides...Pour certains c'est leur grand-mère ou un autre membre de la famille, pour moi ce n'est pas le cas. Cela peut être aussi un membre de la famille du consultant qui se manifeste occasionnellement. Il en profite alors pour transmettre des informations avec des détails qui permettent de l'identifier. Récemment d'ailleurs un défunt a cité un champ de coquelicot,détail très parlant pour la consultante qui n'a pas eu de doute sur son identité. Mais ce genre de manifestation est plutôt rare .

Vous arrive-t-il d'être confrontée à des personnes habitées par des entités qui affectent leur comportement et leur santé ? Si oui, comment réagissez-vous ?
 
Oui, mais je ne dirai pas « habités », en fait les entités sont plutôt collées à ces personnes. Telles des marionnettes ces entités « tirent les ficelles « de la malheureuse victime, contrôlent ses pensées, agissent sur ses angoisses, sur son stress. Le seul remède est alors la prière, les protections,la purification.Ceci n'est pas sans risque car l'entité, un jour a débarqué chez moi ! C'était la belle-mère de ma consultante ! Nous avons pu l'identifier grâce à une chanson qui me tournait dans la tête et qui était la préférée de la défunte. Cette personne s'était manifestée pour exprimer sa colère contre sa belle-fille suite à un malentendu. Après s'être« expliquées » par mon intermédiaire la paix est revenue entre les deux.Mais d'autres histoires ne sont pas toujours aussi jolies. Dans certains cas mes guides m'autorisent à donner au consultant ce qu'il faut pour faire fuir ces entités malveillantes, en général un certain type de prières accompagnées d'un protocole.  

Avez-vous la faculté de percevoir les personnes décédées ?

Je ne les vois pas mais par contre je les entends. Ils me montrent des images dans ma tête, c'est comme si on me montrait des photos. Un jour, en visite chez un ami, j'ai la vision d'une casquette grise...qui était en réalité celle du papa décédé de mon ami. Je ressens aussi leur énergie, positive ou négative. En présence d'une entité négative, par exemple, je me sentirai oppressée, mal à l'aise.

Quel est d'après vous, l'utilité d'une consultation de voyance ?

C'est justement de ramener la lumière dans le brouillard, que la personne puisse se dire » c’est bon, j'y vois plus clair, je vois les options, je sais où aller ».Mais c'est aussi apprendre à la personne si elle a des failles du passé ou des émotions qui n'ont plus lieu d'être, faire un tri dans tout ça pour lui permettre de repartir toute neuve comme il faut. Il ne faut pas confondre cela avec le travail d'un psychologue qui ne pourra pas dire au consultant les différentes options qui s'offrent à lui. Certaines personnes traînent parfois un mal-être inexpliqué, et il m'a été donné de comprendre que cela peut être dû à une vie antérieure difficile sans que je puisse préciser les événements vécus dans cette autre vie. Mais le consultant peut se sentir soulagé de connaître l'origine de son problème.

 Comment considérez-vous votre rôle de voyante ?
Une image me vient : celle du phare qui guide les bateaux, la lumière dans le noir qui montre la route, qui vous dit « c'est par là ». Il y a aussi un autre aspect important, c'est de venir en aide aux âmes en souffrance, de dénouer certains nœuds qui bloquent les personnes. Mais de toutes façons il faut tenir compte du libre arbitre des personnes, c'est primordial. Je peux indiquer au consultant les différentes routes qui s'offrent à lui mais c'est à lui de faire ses choix, ce n'est pas à moi de lui donner les réponses. Je suis là pour donner un conseil et non imposer quelque chose. Comme je le disais le libre arbitre est important et peut tout changer. Je prends un exemple tout Simple, une personne me consulte et me demande si telle personne va revenir vers elle et si un avenir est possible. Si la réponse est « oui mais attention il va falloir être patiente, si c'est vous qui relancez tout va se bloquer il faut vraiment attendre que ça vienne de cette personne", et que la personne qui me consulte décide au bout de 2 ou 3 semaines que c'est trop long et essaye de relancer le contact, il ne faudra pas s'étonner que tout se bloque. Le libre arbitre de cette personne aura fait qu'elle n'aura pas écouté le conseil donné dans le message. Il faut bien que les personnes comprennent que, le plus souvent, ce n'est pas l'issue qui compte le plus et sur laquelle elle reste « bloquée" mais les conseils donnés afin que les choses puissent se produire.